Sommaire

Peu d'entre vous connaissent ce type de moteur implanté sur une automobile et pour cause, il n’existe pour le moment qu'à l'état de prototypes. Néanmoins, cette voie étonnamment délaissée par les pouvoirs publics et les courants écologistes peut se substituer avantageusement aux autres énergies alternatives. Le point maintenant.

Moteur à air comprimé : historique

En fait, cette technologie innovante a existé très tôt dans l'histoire de l'automobile. Rendez-vous compte : dès 1879, elle équipait déjà des tramways parisiens et servit par la suite à équiper les engins destinés aux mines d’extraction.

Depuis quelques années, elle a été remise au goût du jour par des sociétés innovantes.

Moteur à air comprimé de la société MDI

Très impliquée dans ce domaine, elle produit des véhicules équipés de moteur à air comprimé et a développé un partenariat avec le géant de l'automobile indien Tata. À ce jour, la phase industrielle a du mal à se concrétiser et les véhicules sont toujours à l'état de prototypes.

Moteur à air comprimé Peugeot

En 2013, Peugeot a présenté son projet «Hybrid Air », toujours d'actualité l'année suivante au Mondial de l'Automobile 2014. Avec un objectif de consommation annoncé de 2 L/100 KM, le projet était alléchant. Malheureusement, sans doute à cause d'absence de partenariat et un coût de production important, le projet a récemment été abandonné.

Fonctionnement du moteur à air comprimé

Le principe général repose sur un principe simple : l'air est comprimé dans un réservoir à 300 bars et progressivement décomprimé pour faire avancer le véhicule. À partir de ce principe, des variantes sont développées par chaque constructeur :

  • Le moteur MDI fait passer l'air comprimé par différentes phases en jouant sur son état, c'est-à-dire par les 3 grandeurs physiques interactives pour un fluide : pression / volume / température (exemple : lors de la décompression de l'air, le circuit passe par un radiateur qui le réchauffe et ainsi augmente son volume pour une pression restée constante).
  • Peugeot Hybrid Air a opté pour un bi-motorisation, le moteur à air comprimé (qui utilise en fait de l'azote, un gaz neutre) est couplé à un moteur 3 cylindres essence. En outre l'énergie du freinage est utilisée pour recharger le réservoir.

Trois modes de fonctionnement sont possibles :

  • fonctionnement à l'air comprimé seul (courtes distances) ;
  • combinaison motorisation air comprimé et moteur thermique essence (moyennes distances) ;
  • motorisation moteur thermique essence seul (grandes distances).

Moteur à air comprimé : avantages et inconvénients

Les avantages du moteur à air comprimé sont les suivants :

  • Pas de pollution (à part celle produite par la recharge du réservoir).
  • Poids du système limité, contrairement aux véhicules électriques.
  • Peu de bruit de fonctionnement.
  • Énergie (air) illimitée (pour le MDI).

Néanmoins on constate quelques inconvénients :

  • Peu d'autonomie.
  • Beaucoup de pertes énergétiques (peu de rendement).
  • Nécessite de l'énergie polluante pour compresser le réservoir d'air.

Avenir du moteur à air comprimé

Aujourd'hui au point mort, il serait dommage que le projet du moteur à air comprimé soit délaissé. Techniquement, ce moteur présente des perspectives aussi sinon plus intéressantes que le moteur électrique et même que le moteur à hydrogène.

Pour cela, il faudra à la fois une volonté politique et l'investissement des grands constructeurs.

Malheureusement, ces acteurs devront s'affranchir des diktats et des lobbys, en premier lieu par plus d'information du grand public sur les avantages et inconvénients des différentes technologies existantes.

Pour en savoir plus :