Les aides à l'achat d'une voiture électrique

Sommaire

Acheter une voiture électrique (VE) représente un investissement non négligeable, qu'il s'agisse du coût initial de la voiture, de la batterie ou encore de l'utilisation au quotidien. Si le coût d'utilisation d'une voiture électrique est environ 3 fois moins important que pour une voiture avec un moteur diesel ou essence, il ne faut pas oublier qu'à l'achat il faut compter un surcoût proche de 50 %. La batterie, que ce soit à l'achat ou à l'occasion, représente également un coût important.

Toutefois, le coût d'une voiture électrique peut être réduit grâce aux aides à l'achat des pouvoirs publics qui visent à favoriser le déploiement des véhicules électriques. Ooreka fait le point sur les différents dispositifs à connaître.

Lire l'article Ooreka

Les aides financières pour l'achat d'une voiture électrique

Bonus écologique

Le déploiement des voitures écologiques est encouragé par le bonus écologique. Celui-ci se présente comme une prime pour l'achat d'une voiture électrique.

Cette aide, versée par l'État, concerne l'achat d'une voiture électrique neuve avec un taux d'émission de CO2 de maximum 20 g/km. Il s'applique également à la location longue durée avec option d'achat de 2 ans et plus.

En 2020, le montant du bonus varie en fonction du prix de la voiture (ces conditions de versement pour les véhicules acquis ou loués à compter du 1er janvier 2020 ont été définies par le décret n° 2019-1526 du 30 décembre 2019) :

  • il correspond à 27 % du coût d'achat de la voiture électrique (augmenté du coût de la batterie lorsque celle-ci est prise en location) dans la limite de 6 000 € (3 000 € pour une personne morale) pour une voiture dont le prix est inférieur à 45 000 € ;
  • il est de 3 000 € pour une voiture dont le prix est compris entre 45 000 € et 60 000 € ;
  • il est de 3 000 € pour un véhicule utilitaire léger ou une voiture fonctionnant à l'hydrogène dont le prix est supérieur à 60 000 € (il est supprimé pour les autres véhicules dont le prix est supérieur à 60 000 €).

Pour bénéficier du bonus écologique, les acheteurs peuvent consulter le palmarès 2020 des modèles les moins polluants en émissions de CO2 (dioxyde de carbone) publié par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). Tous les modèles concernés disposent d'une étiquette A.

Bon à savoir : de juin 2020 à décembre 2020, le bonus écologique est modifié afin de prendre en considération les difficultés du secteur de l’automobile suite à la crise sanitaire et économique liée au Covid-19 (décret n°2020-656 du 30 mai 2020) :

  • pour l’achat par un particulier d’un véhicule électrique dont le taux de CO2 est inférieur à 20 g/km et le prix est inférieur ou égal à 45 000 €, le montant du bonus passe de 6000 € à 7000 € ;
  • un bonus de 2 000 € est mis en place pour l’achat par un particulier ou une entreprise d’un véhicule hybride rechargeable, d’une autonomie supérieure à 50 km, dont le taux de CO2 est compris entre 21 et 50 g/km et dont le prix est inférieur ou égal à 50 000 €.

Le montant du bonus écologique peut être avancé par le concessionnaire et donc déduit du prix d'achat de la voiture. Si tel n'est pas le cas, il convient d'effectuer une demande de remboursement après l'achat, depuis le service en ligne du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Lire l'article Ooreka

Superbonus écologique

Le superbonus écologique, ou prime à la conversion, peut vous être accordé pour la mise à la casse d'un ancien véhicule diesel ou essence lors de l'achat de votre voiture électrique. Cette prime s'ajoute au bonus écologique.

Pour en bénéficier, le coût total de votre voiture électrique ne doit pas dépasser 60 000 € (coût d'achat ou de location de la batterie inclus).

Les conditions d'attribution du superbonus dépendent de vos ressources.

  • Pour un revenu fiscal de référence inférieur ou égal à 13 489 € par part, l'ancien véhicule à détruire doit être une voiture particulière ou une camionnette immatriculée avant janvier 2006 pour un véhicule dont le carburant principal est le gazole ou immatriculée avant 1997 pour les autres véhicules. Son montant varie entre 2 500 € (sans conditions) et 80 % du prix d'achat de la voiture dans la limite de 5 000 € (si la distance entre votre domicile et votre lieu de travail est supérieure à 30 km, si vous effectuez plus de 12 000 km par an avec votre véhicule personnel pour le travail ou si votre revenu fiscal de référence par part est inférieur ou égal à 6 300 €).
  • Pour un revenu fiscal de référence supérieur à 13 489 € par part, l'ancien véhicule à détruire doit être une voiture particulière ou une camionnette immatriculée avant janvier 2001 pour un véhicule dont le carburant principal est le gazole ou avant 1997 pour les autres véhicules. Son montant est de 2 500 €.

Depuis le 1er juin 2020, la prime à la conversion concerne aussi le « retrofit électrique » (transformation d’un moteur thermique en moteur électrique).

Un bénéficiaire qui habite ou travaille dans une ZFE (zone à faible émission) bénéficie d’une surprime pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable, lorsqu’il bénéficie en parallèle d’une aide d’une collectivité territoriale. Cette aide locale est doublée par l’Etat dans la limite de 1000 € (soit un montant total de 2 000 €).

Comme pour le bonus écologique, la prime à la conversion peut être déduite par le concessionnaire ou faire l'objet d'une demande de remboursement personnelle.

De juin 2020 à décembre 2020, la prime à la conversion est modifiée afin de prendre en considération les difficultés du secteur de l’automobile suite à la crise sanitaire et économique liée au Covid-19 (décret n°2020-656 du 30 mai 2020). Attention, ces règles temporaires ne seront appliquées qu'aux 200 000 premières primes à la conversion :

  • le seuil du revenu fiscal de référence conditionnant le montant de la prime passe de 13 489 € à 18 000 € par part fiscale;
  • pour un RFR inférieur à 18 000 € par part, le montant de la prime peut atteindre 5 000 € (véhicule électrique ou hybride rechargeable) et 3 000 € (véhicule essence ou diesel);
  • les véhicules classés Crit’air 3 sont concernés par la mise au rebut.

Lire l'article Ooreka

Les aides régionales et départementales pour l'achat d'une voiture électrique

En parallèle, de nombreuses régions ont mis en place des dispositifs d'aide à l'achat d'une voiture électrique complémentaires au bonus écologique et au superbonus (prime à la conversion).

L'une des aides régionales les plus répandues est l'exonération partielle ou totale de la taxe régionale du certificat d'immatriculation. Ainsi, lorsque vous faites établir le certificat d'immatriculation (carte grise) de votre voiture électrique, vous pouvez être exonéré(e) d'une partie ou de la totalité de la taxe régionale.

Par ailleurs, certaines régions peuvent accorder des primes supplémentaires pour l'achat d'un véhicule propre.

  • C'est notamment le cas en Île-de-France où la Métropole du Grand Paris (MGP) propose une subvention pour ceux qui achètent un véhicule propre, tel qu'une voiture électrique, en remplacement d'un véhicule ancien polluant. Le montant de cette aide varie en fonction de votre revenu fiscal de référence par part : de 1 500 € à 6 000 € dans la limite de 50 % du prix d'achat (hors options et une fois les aides de l'État déduites). Le montant total du véhicule ne doit pas dépasser 50 000 €. Aides de l'État comprises (prime à la conversion et bonus écologique), vous pouvez ainsi bénéficier d'une aide allant jusqu'à 17 000 € pour l'achat d'une voiture électrique neuve.
  • Si vous résidez en Normandie, la région propose une aide d'un montant de 2 000 € (sous conditions de ressources) pour l'achat d'une voiture électrique neuve. Cette aide peut être complétée par une autre pour l'achat de bornes de recharge. Le montant de celle-ci est limité à 30 % du montant de l'infrastructure de recharge dans la limite de 15 000 €.
  • La région Occitanie a quant à elle institué un dispositif d’aide financière (éco-chèque mobilité) pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion dont la valeur d'acquisition ne dépasse pas 30 000 €. Le montant de l'aide est de 30 % du coût d'achat, dans la limite de 2 000 € pour les personnes non imposables et 1 000 € pour les personnes imposables.
  • Si vous êtes domicilié dans le département des Bouches-du-Rhône, vous pouvez bénéficier de 5 000 € de prime pour l'achat d'une voiture électrique neuve, sans conditions de revenus. Vous devrez conserver la voiture pendant 3 ans ou 65 000 km.

Des aides peuvent être proposées dans d'autres départements ou régions. N'hésitez pas à vous renseigner auprès des collectivités locales pour savoir s'il en existe là où vous habitez.

 

 

Les aides complémentaires pour réduire le coût d'une voiture électrique

Des aides complémentaires, comme le stationnement gratuit ou les bornes de recharge gratuites, peuvent vous permettre de réduire le coût d'utilisation de votre voiture électrique.

Le stationnement « gratuit » en ville

Afin de favoriser le développement des voitures électriques, certaines communes ont mis en place une politique de stationnement à tarif préférentiel, voire gratuit pour les voitures électriques.

  • Le stationnement « gratuit » a notamment été instauré à Paris, à Aix-en-Provence ou à Nice.
  • À Lyon ou à Marseille, des tarifs préférentiels sur les abonnements annuels sont appliqués pour les propriétaires de voitures électriques.

Bornes de recharge gratuites

En plus du stationnement gratuit ou à tarif préférentiel, vous avez la possibilité d'accéder à des bornes de recharge gratuites, dans de nombreuses villes telles qu'à Monaco, Nice ou Bordeaux.

Il faut également savoir que de plus en plus d'enseignes commerciales mettent à disposition des bornes de recharge gratuites sur leur parking.

L'avis de l'expert

S'il existe différentes aides à l'achat d'une voiture électrique, il est important également de prendre en compte le coût d'un véhicule électrique à l'usage. En effet, en ce qui concerne le carburant, pour 1 000 km, comptez 20 € en électrique, 80 € en diesel, 100 € en essence. L'entretien d'un véhicule électrique est également moins coûteux : 40 % de moins que celui d'un véhicule thermique. Celui-ci pourra encore être minimisé en adoptant une conduite plus souple (éco-conduite). À la clé, une usure plus lente des plaquettes de frein, des recharges moins fréquentes de la batterie et une meilleure autonomie.