/ / /

Suspension

/

Suspension métallique

Suspension métallique

Sommaire HAUT

Suspension métallique

Écrit par les experts Ooreka

Historiquement, la suspension des automobiles fut héritée de ses ancêtres hippomobiles avant de se perfectionner. D'abord métalliques, les suspensions ont ensuite évolué avec l'adoption d'autres types de ressorts, notamment pneumatiques et électromagnétiques, parfois actifs. De leur côté, les amortisseurs ont eux aussi progressé, en passant des simples frotteurs au système hydraulique actuel, passif ou piloté activement. Nous vous disons tout sur le rôle, le fonctionnement, les avantages et inconvénients de la suspension métallique.

Rôle des suspensions métalliques et amortisseurs

Bien sûr, les roues chargées du poids du véhicule vont suivre le profil souvent chaotique des routes. En l'absence de suspension, la caisse et ses occupants, liés rigidement aux roues, vont également subir ces mouvements. En plus d'un certain inconfort des passagers, un tel traitement de choc(s) réduit fortement la sécurité active (freinage, tenue de route et intégrité structurelle).

Suspensions métalliques : confort et sécurité d'abord !

Les ingénieurs ont donc pensé à intercaler un bloc élastique entre la caisse et ses roues. Au début, il s'agissait de simples ressorts à lame, encore utilisés actuellement pour l'essieu arrière de nombreux véhicules utilitaires. Peu de temps après, avec l'apparition de véritables amortisseurs, le ressort hélicoïdal, ou à boudin, puis la barre de torsion, se sont imposés jusqu'à aujourd'hui, y compris sur les nouveaux véhicules électriques.

Partant de ce principe, et pour obtenir le meilleur confort possible, il faut que la suspension absorbe le maximum d'inégalités de la route et soit donc suffisamment souple :

  • si le ressort est trop raide, les bosses ne seront absorbées que partiellement ;
  • si la suspension est trop flexible, elle donnera beaucoup de roulis dans les virages.

Pour résoudre ce dilemme, on a doté les véhicules de barres stabilisatrices, dites aussi antiroulis, qui limitent cet inconvénient au prix d'un léger raffermissement de la suspension.

Une autre fonction de la suspension est enfin de maintenir les pneus dans de bonnes conditions de travail et la carrosserie à une distance moyenne la plus constante du sol.

En résumé, plus la flexibilité des ressorts et le débattement seront grands, plus la suspension sera confortable. Dans le jargon technique, on parle de filtrages vertical et horizontal. Il ne faut en effet pas oublier que lorsque la roue aborde un obstacle sur la route, elle a également un léger mouvement horizontal de recul.

À noter : côté ressorts, les ingénieurs sont même allés plus loin avec les mousses des sièges qui jouent leur rôle dans la suspension, au même titre que les pneumatiques.

Amortisseurs : un complément indispensable à la suspension métallique

Une suspension constituée uniquement de ressorts libres induirait de très désagréables mouvements oscillants, de l'habitacle de façon presque continue ! Les oscillations verticales des roues pourraient également entrer en résonance, et donc rebondir parfois fortement en quittant le sol. Pour y remédier, il faut donc freiner ces mouvements parasites de la partie suspendue : c'est le rôle de l'amortisseur.

L'amortisseur va donc stabiliser la caisse du véhicule, mais aussi maintenir les roues en contact permanent avec le sol. Cette dernière condition étant essentielle pour une bonne tenue de route et un bon freinage.

Important : une suspension digne de ce nom est toujours constituée d'un binôme ressorts/amortisseurs.

Principe de fonctionnement des suspensions métalliques

Intéressons-nous ici au cas le plus classique des suspensions métalliques dotées, le plus souvent, d'un ressort hélicoïdal ou d'une ou plusieurs lames (acier ou composite).

La fonction ressort va permettre à la roue de suivre fidèlement les cahots de la route indépendamment de l'habitacle. La caisse sera ainsi isolée au maximum des soubresauts grâce au travail incessant de la suspension.

La fonction amortisseur est assurée aujourd'hui par des amortisseurs hydrauliques bitubes, ou mieux encore, monotubes (type Carbon).

Dans tous les cas, le freinage du mouvement est assuré par le passage forcé de l'huile au travers de clapets ou de petits trous sur le piston solidaire du bras de suspension. Selon le tarage, on obtient un amortissement qui assure le meilleur compromis possible entre un bon confort et la sécurité active.

Bon à savoir : seule une suspension entièrement active (ressort et amortissement) sera capable de s'approcher vraiment de l'idéal sans le compromis inévitable des suspensions passives actuelles. Encore une fois, seule la marque Citroën est allée dans ce sens avec ses suspensions Hydractives... et abandonnées depuis !

Avantages et inconvénients des suspensions métalliques

Voici les principales qualités reconnues des suspensions métalliques classiques :

  • un rapport prestations/prix excellent ;
  • une très bonne fiabilité des ressorts ;
  • des amortisseurs durables ;
  • un entretien facile ;
  • des pièces de rechange très répandues et à des tarifs accessibles.

Toutefois, le compromis réalisé par des suspensions métalliques passives souffre de quelques défauts :

  • une assiette très variable selon le chargement qui nuit aux débattements en compression, à la portée des phares, à l'usure des pneumatiques et à la traînée aérodynamique ;
  • un confort à vide inférieur à celui en charge ;
  • une dégradation générale des amortisseurs lente et sournoise pouvant surprendre ;
  • un amortissement plus ou moins insuffisant à pleine charge, forte vitesse ou temps chaud.

À noter : les bancs de suspension du contrôle technique obligatoire nedétectent que le déséquilibre des amortisseurs du même essieu. En cas d'usure gravissime, mais symétrique, aucune alerte ne sera donnée par ces mesures. En moyenne, on estime qu'un amortisseur de série est capable d'assurer 100 000 km, voire le double pour des amortisseurs de haute qualité, souvent artisanaux.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
yves renaud

assureur conseil | expertise assurances conseil

Expert

BB
boris bembinoff

consultant-associé | consult & co

Expert

maître seban

avocat | maître seban

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !